Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

  • Korriganez

Contacts

Contact : Linda Guidroux

06-50-56-30-36

lindaguidroux@gmail.com

 

Adresse du siège : 

Association Korriganez

Bateau Korriganez

Quai amiraux Douguet

29 150 Port-Launay

7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 09:29

DE GRONINGEN A RENNES  2ème partie

                                               Elucubrations d’Eugène suite

 

Samedi 25 septembre, nous quittons Péronne direction Compiègne. Du soleil, du soleil, les berges de l'Oise sont boisées, très fréquentées ce samedi, bien sûr nous créons l'évènement sur le canal. De très nombreux pêcheurs, promeneurs, pique-niqueurs qui nous hèlent, dont quelques Bretons qui bien sûr n'ont pas été long à détecter notre drapeau.

 

C'est quasiment une haie des 2 cotés de la rive:« bonjour «, « hello », des mains qui s'agitent pour nous faire signe. Sympa, « la vedette » !!! C’est nous, avec la péniche. (On ne peut même pas lire tranquille, c'est quelque chose çà, la vie de vedette…)

 

Nous gagnons du terrain sur Paris, un petit tunnel à nouveau...

 

Le soir Compiègne, nous amarrons près d'une péniche appartenant à Guérin, spécialiste de produits et fournitures en tout genre pour péniches, un des plus gros de France, nous faisons le plein de carburant et d'eau, (en gros, nous avons consommé 600 litres de gas-oil depuis le départ), le soir: pizzéria, c'est demain le départ de Guenael.

 

Dimanche 27 au matin; eh oui Guenael nous quitte pour la Roumanie où il reprend son travail dès demain matin, nous le laissons sur le quai, il devra attendre son train pour Paris une petite heure, la gare est tout près le long du quai.

 

Nous avons 100 km à faire aujourd'hui pour gagner « Conflans Fin d'Oise » et 7 écluses.

 

Journée relax. Le soleil nous réchauffe ardemment, l'arrivée sur Paris est magnifique, les tons verts, des berges commencent à se pourprer de vigne vierge. L'automne montre le bout de son nez, dans quelques jours, avec le soleil cela devrait être un petit coin de paradis.

 

C'est carrément le délire sur les berges, les regards plus qu'envieux, combien voudraient être à notre place, il est vrai que vu de la haut c'est la belle vie: soleil, bouquins, apéro, (heureusement que nous n'avons pas monté le hamac de Linda, çà serait de l'indécence).

 

Quelques virages, quelques ponts et c'est la fin de l'Oise.

Le grand départ pour beaucoup:

- Agnès et Jean Lou repartent en Belgique chercher leur voiture,

- Benoît et Christian repartent sur Nantes, leur « mission » accomplie;

- Bernard qui demain retrouve son patron qui l'attend pour les 8 jours de voiles de Saint Tropez.

 

 

Lundi, escale à Conflans, j'en profite pour aller voir un médecin, je traîne un rhume bronchite depuis Groningen, les couloirs du métro m'ont achevé. Le toubib est plus intéressé par ce que je lui raconte de la péniche et du parcours, la consultation se prolonge largement, mais il a bien compris l'essentiel, traitement adapté: antibiotique et tout ce qu'il faut pour continuer. Je suis quand même dans les choux et l'après midi, à part quelques courses, je ne vaux pas grand chose. Nous sommes amarrés à côté d'une cousine, un autre Tjalk.

 

 

Ginette, cousine de Linda, vient passer un petit moment sur la péniche, elle rapporte à Linda une partie de ses bagages laissés à son retour de Québec. Ginette apprécie la péniche mais réalise vite que les talons aiguilles ne sont pas les instruments adéquats pour ce type d'habitation.

 

Ce soir vers minuit, Linda accueille Claude et Philippe, qui nous arrivent de Rennes, recommandés par une relation pénicharde de Linda. Ils ont tous les diplômes nécessaires et même un peu plus, ils viennent prendre le relais pour amener la péniche jusqu'au Havre. Des vrais pénichards qui sont capables de faire des petits bijoux avec des tas de tôles. Leurs activités à Rennes tournent autour de « la péniche ». Démerdards, tuyaux et contacts en tout genre, le carnet d'adresse de Linda sur Rennes fait un bond en avant considérable. Dans leur bagages, bidon de rouge, whisky et de quoi se les rouler allègrement. Que de perspectives!... le soir on se contente des présentations et d'une visite succincte.

 

 

Mardi, c'est le nez dans le moteur, graissage, vidange, près du quai, il y a un diéséliste qui nous donne de bons conseils. L'après midi, demi tour sur l'Oise le nez pointé vers le Havre, nous sommes fin prêts pour la première heure demain matin.

 

Mercredi. Debout 6h, mais il fait noir, 7h30, le jour se lève. Mais où est donc Gavotte ? Nous la cherchons, l'appelons, nous alertons voisins et passants… introuvable. Il faut attendre que cette jeune dame pointe le bout de son nez. 8H45: « c'est vous qui cherchez un chat, y'en a un dans mon moteur » notre gavotte s'est trompé de péniche, réfugiée dans la salle des machines d'une péniche 5 fois plus grosse que la notre, elle est coincée car deux clébards la retiennent prisonnière. Heureusement ses petites pattes ont laissées des traces qui inquiètent les proprios d'autant que les chiens aboient et sont énervés par cette intruse.

On la récupère, on la rassure et on largue les amarres !

 

L'écluse est pleine, le feu est vert et c'est reparti. La Seine nous accueille dans ses bras. Nous nous laissons porter par le courant.

Très vite nous retrouvons des berges sympas, quelques écluses, nous avançons sans perdre trop de temps. Petits villages et maisons qui font rêver, c'est déjà le style des maisons normandes que je connais un peu. A tribord des falaises de grès dans lesquelles ont été creusées des maisons troglodytes. Les unes ont encore l'air d'être sinon habitées, tout au moins servent d'entrepôt ou peut-être sont devenues des champignonnières.

 

 

Ce midi au menu crêpes au blé noir, complètes, super complètes aux petits oignons histoire de vous faire saliver.

 

La pompe des toilettes nous lâche en fin de journée, on fera avec ou plutôt sans. Nous avons quelques soucis pour trouver un appontement pour la nuit et cette dernière est tombée depuis longtemps quand nous trouvons dans le noir un amarrage audacieux près de « Pont de l'arche » à ce qui fût un « quai » de chargement d'une usine aujourd'hui en ruine. Nous jouons au chat et à la souris, si je puis dire, avec gavotte pour l'empêcher de quitter le navire, pas si évident que cela car elle a l'œil. Une bonne soupe un bon pâté de la... , on ne peut pas en dire plus et extinction des feux.

 

Jeudi. 6H45 debout. Extinction des feux!... je ne pensais pas si bien dire, ce matin plus de lumière, plus de pompe donc plus d'eau, bref la panne de batterie totale, le moteur tourne mais ne recharge pas. On fait avec les moyens du bord. 7H30 départ, mais une fois de plus à 8h le brouillard nous enserre. Au « très ralenti » nous croisons quelques péniches et manquons nous échouer sur un bras de Seine, quelques frayeurs mais juste ce qu'il faut, pas plus. Il nous faut trouver un amarrage de fortune, ça ne court pas les rues ni la Seine. Certes de jolis petits pontons privés avec petits bateaux sympas auprès de petites voir grandes chaumières plutôt... vous voyez ce que je veux dire, mais pas assez de fond ni de quoi s'attacher.

 

9H 30 la voie est libre et nous reprenons notre chemin 5klm/ heure car à contre courant. 15h30, le long du quai à Rouen nous trouvons un atelier de réparation. Après une matinée menaçante, le temps se remet au soleil. Diagnostic: double panne. Un filtre encore inconnu à ce jour est bouché de saleté et de calcaire, ce qui explique le bruit de pompe qui nous accompagne depuis plusieurs jours, la pompe d'eau du fleuve qui alimente les toilettes est nase. Une cosse de l'alternateur est cassée, l'usure apparemment. Le mécano nous remet tout cela en marche et hop c'est reparti, il est 17h. De Rouen, nous n'aurons pas vu grand chose sinon son beau clocher. A la sortie de Rouen, les berges de la Seine sont assez chouettes à tribord, quelques belles maisons, châteaux, le vert de l'été s'enlumine de jaune, l'automne annonce ses couleurs. Nous naviguons avec le courant à 15, 16 km/h. Vers 20h nous accostons pour la nuit dans le petit bourg de Duclair.

 

Philippe et Claude vont nous quitter ce soir, des amis viennent les chercher pour les raccompagner jusqu'à leur voiture à Paris. Nous n'irons pas avec eux jusqu'au Havre, ils doivent être rentrés chez eux pour demain soir. Quelques gros remous nous bercent au passage de gros bateaux, il n'est pas certain qu'ils nous aident à dormir.

 

Vendredi matin, notre Linda n’a pas beaucoup dormi, les dérives cognent sur la coque à chaque remou et vu les engins qui passent sur la Seine,  «  j’vous dis pas » donc grasse matinée. Démarche à la mairie, à la banque, pendant que je fais quelques courses pour pouvoir condamner les portes de la péniche.

Vers 14h30 je quitte à mon tour la péniche.

En attendant :

une fenêtre météo pour continuer du Havre à St Malo,

des conditions de courant acceptables car chacun sait que le raz « Blanchard » il faut se le faire.

Linda continue ses recherches pour hiverner au cas où !!!

Nous croisons les doigts et invoquons la fortune qui nous a souri jusqu’ici.

Partager cet article

Repost 0
Published by An daou korriganed - dans Hollande - Bretagne
commenter cet article

commentaires

Poulain 07/11/2009 12:16



Bonjour,
justement on se demandait si on allait pas en faire une asso. Allez faire un tour sur le site de la fondation du patrimoine maritime et fluviale, si cela vous intéresse vous pourrez faire classer
votre péniche comme bateau du patrimoine.C'est ce que nous avons fait. Nous allons essayer de nous libérer, pour les 14 ou 15 (dimanche on est pris, sinon nous pourrons venir un autre jour, pas de
prob)
Voici nos téléphones
Hervé: 06 83 45 36 40
Martine: 06 22 24 04 81 
Bien cordialement Tine et Hervé 


An daou korriganed 07/11/2009 18:32


Merci de l'info. Bonne idée !
Je vous tiens au courant pour samedi 14 pour le remâtage. Autrement n'hésitez pas à passer à l'improviste, place de la cale, à Betton.
Pénichement.
Linda.


martine et hervé Poulain 06/11/2009 20:52


Bonjour .
bienvenue en Bretagne à un nouveau tjalk à voiles.
On nous a signalé votre présence sur Betton, est ce votre port d'attache définitif , Nous regrettons de ne pas voir de détail sur votre bateau .
Mais passerons avec votre accord, vous dire un petit bonjour entre amoureux de belles coques en attendant la nouvelle saison pour se croiser ou naviguer de concert, deux tjalks on va se croire en
Hollande!
Martine et Hervé.


An daou korriganed 07/11/2009 11:55


Bonjour,

Ravi de savoir qu'une autre merveille hollandaise se trouve en Bretagne. On va pouvoir monter une asso. de Tjalk ! Si ça vous tente, je vais remâter le WE prochain (14-15) avec l'aide de quelques
pénichards rennais, suivi d'un petit apéritif. Vous êtes les bienvenus à bord et nous pourrions profiter par la même occasion de vos conseils...
Laissez-moi un numéro où vous joindre pour vous confirmer cette journée.
Voici le mien : 06-17-69-45-82

À bientôt j'espère.
Linda et Guénaë


Sites Favoris